Descente du Train Jaune par les balcons de la Têt

Train Jaune aux vitamines catalanes

Pour réussir cette recette, prendre le petit Train Jaune depuis Olette (PO) et y ajouter un Catalan, un zeste de Grenoblois, une pincée de Gardois et soupoudrez le tout de (petits) Suisses.
Vous avez le cocktail explosif du moment.
A noter que les 10 minutes de retard du train jaune ont commencé a faire bouillir notre ami le Catalan !
Notre GO nous a promené sur des sentiers, versant ubac et adret de la vallée de la Têt, de toute beauté avec des portions en balcon interminables. Points de vue omniprésents sur les sommets du Cambre d’Ase, le Coll Mitja et bien sûr, le Canigou.
De belles traversées de villages typiques tels que Planès, Sauto, Llar et Canaveilles.
Je vous passe les détails de l’after tels que les eaux à 35°C des Thermes de St Thomas, les cochonneries Catalanes (boudin, roustes et saucisse).

Train Jaune et chemin Vauban

Mêmes personnages, mêmes décors, même recette qu’hier !
On prend le petit Train Jaune cette fois çi (avec espace spécifique pour les 6 vélos) à Villefranche de Conflent pour s’arrêter à Olette. Bout de route pour rejoindre Jujols où l’on croisera par 2 fois le postier qui se prend pour Darniche !
Le pneu Arrière d’Alain est déformé (Maxxis) et c’est par 2 fois qu’il va déjanter. Ce serait dommage de rater cette journée et le tubeless va passer en mode chambre à air et ça tiendra toute la sortie.
Montée agréable sur une belle piste depuis Jujols pour atteindre le col Diagre puis un joli sentier 16 (très étroit) passant par le Roc de la Coste permet de rejoindre le dernier bout de piste arrivant sur le refuge de Roquefumade.
A partir de ce refuge commence le chemin Vauban qui rassemble tout ce que l’on peut trouver (aimer) dans un sentier de montagne: portions lisses en forêt, pif pafs entre les arbres, cassant, technique, marches, expo, traversées aériennes, parties rapides joueuses et sinueuses.
Arrêt obligatoire à la chapelle St Etienne pour son point de vue sur la vallée, passage obligatoire au fort Libéria et arrivée par les raides marches à Villefranche de Conflent, notre point de départ.

Il n’est pas courant de rouler des sentiers séculaires chargés d’histoire et de tradition et c’est un réel plaisir que d’y être (re)venu.
Comme dirait Leded, les Pyrénées Orientales c’est beau.

ps : merci André pour le compte rendu